Nadia Granier-Deferre - Ma priorité : La sécurité, première des inégalités, premier devoir de l’Etat

Depuis quelques semaines, au fil des sondages qui se multiplient à la veille des échéances électorales, la sécurité apparaît comme la principale préoccupation des Français.

Certains s’en étonnent, au tout premier rang desquels figurent les socialistes dont le tout nouveau programme électoral, coordonné par Martine Aubry, est incroyablement peu disert sur ce thème.

Et pourtant, c’est un sujet central car la sécurité est la condition sans laquelle la vie en société est impossible. Il l’est d’autant plus que l’insécurité rend de plus en plus difficile la vie quotidienne des Français, et au premier chef les plus fragiles d’entre eux : l’insécurité est la première des inégalités.

En effet, loin de n’être qu’un sentiment, comme le laisse entendre la gauche, l’insécurité constitue une réalité quotidienne pour chacun d’entre nous que ce soit dans la rue, à l’école, dans les transports en commun ou même à la maison.

La délinquance augmente quantitativement, en termes de nombres de délits et crimes, et se développe sous de nouvelles formes (incivilités de plus en plus violentes, piratage informatique, délits financiers…).

Contourner les règles devient aujourd’hui banal pour une population de plus en plus large : les délinquants se recrutent parmi les plus jeunes, pour lesquels la violence constitue désormais un mode d’expression, et même au sein des catégories sociales dites privilégiées.

Les institutions telles que la police et la justice, dont la mission est de protéger notre sécurité, sont elles-mêmes menacées : les policiers sont déconsidérés et il est fréquent qu’ils soient eux-mêmes agressés ; les magistrats n’ont pas les moyens de faire respecter la loi.

Plus encore, le pacte républicain est en péril dans ces zones dites de non droit où nos institutions ont cessé de fonctionner.

Or, la sécurité, droit fondamental de l’homme, doit être le premier devoir de l’Etat.

La sécurité est le préalable sans lequel les relations de confiance entre les individus ne peuvent se créer. L’insécurité produit une société craintive donc agressive, favorise immanquablement des réflexes d’auto-protection et met en péril l’idée même de démocratie.

Plus encore, l’insécurité compromet l’exercice de toutes les libertés individuelles élémentaires telles que se déplacer, posséder un bien ou fréquenter les lieux publics.

Alors oui, finalement, les Français ont raison de rappeler aux hommes politiques que le premier devoir de l’Etat est d’assurer leur sécurité et de s’étonner que la France y consacre actuellement une part de sa richesse nationale moitié moins importante que ses voisins anglais ou allemands.

Nadia Granier-Deferre
Haut-fonctionnaire (75)

facebook twitter google plus imprimer

Nathalie Kosciusko-Morizet - Ma priorité : Défendre notre terre-patrie

Destruction de la couche d’ozone, effet de serre, pollution des mers et des océans, perte de la diversité biologique : les menaces qui pèsent sur notre environnement mondial donnent le vertige. Elles sont globales. Elles sont déjà à l’œuvre. Elles sont des questions de tous les jours. Reconsidérer la planète comme notre terre-patrie, là est l’enjeu : cela réclame désormais un engagement permanent, un engagement expert mais également un engagement militant.

C’est ma priorité.

Ce sont de grandes questions de négociations internationales. Depuis 1972 à Stockholm et surtout depuis 1992 à Rio de Janeiro, avec le sommet de la Terre, et les engagements de l’Agenda 21 (pour le XXIème siècle), les discussions, les rencontres internationales se sont succédées.

Ce sont des questions pour tous les acteurs de la vie publique. Les gouvernements, les entreprises, les ONG se mobilisent. L’environnement est maintenant clairement un enjeu, une priorité politique.

Ce sont surtout des questions pour chacun d’entre nous. Il me semble que nous avons tous un devoir de précaution, d’information. C’est au plus près que nous pouvons agir, dans nos quartiers, chez nous, par nos comportements, il n’y a pas de fragment inutile dans ce combat à mener.

Nathalie Kosciusko-Morizet

facebook twitter google plus imprimer

Marie-José Mariotti - Ma priorité : Lutter contre l’exclusion qui frappe les jeunes et handicape leur avenir

Cette question doit être traitée dans tous ses aspects.

Dans les cinq prochaines années, nous devons donner une priorité à la résorption des cités ghettos, qui sont, pour certaines, de véritables zones de non-droit où il est calamiteux de vivre.

Les lycées comme les autres établissements d’enseignement, notamment du supérieur, doivent profondément évoluer et se professionnaliser.
Ainsi les orientations des étudiants doivent être mieux préparées pour ne plus les orienter vers des filières sans débouché, sans espoir, sans avenir.

Il faut considérer la question des bourses. Il est essentiel d’aider les jeunes à étudier.Les jeunes chômeurs doivent être aidés plus efficacement à retourner vers l’emploi, à l’image de ce qu’a réalisé Tony Blair. Un « RMI jeune » ne résoudrait pas ces problèmes, éloignant encore davantage les jeunes du marché du travail.

Marie-José Mariotti
Directrice de laboratoire

facebook twitter google plus imprimer

Monique RONZEAU

Présidente de FDS et du conseil d'administration

 

Monique Ronzeau

Vous êtes intéressée par le débat public et la vie politique française, par les sujets de société, vous souhaitez vous exprimer sur les enjeux de parité, la place des femmes dans les lieux de gouvernance publics ou privés, vous voulez valoriser un regard féminin sur les défis si nombreux qui se posent aujourd'hui, qu'il s'agisse du respect de l'environnement, de l'éducation ou de l'éthique; vous partagez comme nous des valeurs fortes d'humanisme, de libéralisme maîtrisé et de défense de l'esprit européen.
L'Association FEMMES, DEBAT et SOCIETE est un réseau de réflexion qui vous accueille et vous permet de vous exprimer sur tous ces sujets, dans le respect de la liberté de chacune. N'hésitez pas à nous contacter et à nous rejoindre...

 

Nous irons loin ensemble

 

En savoir +

fds-espace-presse

fds-espace-membre

Les objectifs de FDS

  • Faire valoir un regard féminin sur les grands sujets de société,
  • contribuer au débat public par des prises de position et des travaux,
  • favoriser la promotion des femmes dans les lieux de gouvernance public et privé, en France comme à l'international.

 

En savoir +