Article de Florence Richard, présidente de Femmes Débat Société, Avocat à la cour, pour un engagement et une mobilisation pleine et entière des femmes européennes

« Pour un engagement et une mobilisation pleine et entière des femmes européennes »

Nous, femmes européennes, devons être animées par une même conviction : celle que l’Europe est une chance pour les femmes, mais que les femmes aussi sont une force pour l’Europe. Et, que le monde a besoin d’Europe pour ses équilibres. C’est un message fort que nous devons diffuser à la veille de la présidence française de l’Union européenne.

L’Europe est un acteur majeur dans l’édification d’un monde nouveau, aux contours incertains, mais dans lequel l’humanité doit être reconnue dans sa diversité. L’Europe –par son exemple et aussi par son action – contribue déjà et contribuera encore à l’évolution du monde vers plus de stabilité, plus de justice et plus de liberté, pour assurer un développement que nous voulons équitable et durable. L’Europe sait que le respect de la diversité, le respect de l’égalité entre les femmes et les hommes, est indispensable pour éviter les phénomènes de crispation, qui sont aujourd’hui si présents. Le monde a besoin de la conscience, de l’expérience et de la vision européennes. L’Europe se doit de promouvoir sa conception du monde qui offre à l’humanité de réelles perspectives de paix, de liberté, de stabilité mais aussi de prospérité.

En cela, l’Europe est une chance, et principalement pour les femmes, citoyennes du monde. Car, pour nous européennes, l’Europe est partout présente dans nos vies quotidiennes. Qu’il s’agisse d’étudier, de se former, de se déplacer, de travailler, l’Europe est palpable. Il faut en prendre conscience pour en apprécier l’apport décisif. Ainsi, depuis le début de sa construction, l’Europe s’est écrite sur le principe d’égalité. Dès le Traité de Rome en 1957 était consacré le principe d’égalité de rémunération entre les hommes et les femmes. Il a fallu attendre en France la loi de 1972 pour voir affirmer avec force ce principe. L’Europe a ainsi été précurseur pour nos droits de femmes, et ceci dans presque tous les domaines. Car au fil des années, la question de l’égalité entre les femmes et les hommes s’est détachée de cette approche économique et est devenue un but en soi, un principe à valeur humaniste, décliné par la suite avec de nombreuses directives et politiques menées au niveau européen, dotées de financements appropriés.

Oui, l’Europe a été un moteur et un levier pour les droits des femmes retranscrits dans nos politiques nationales. Oui, l’Europe est une chance pour les femmes. Elle est désormais le cadre naturel, l’espace de protection et le démultiplicateur nécessaire de nos droits.

Dans la construction de cette Europe où sont enracinées la paix et la démocratie, nous, femmes européennes, devons jouer, davantage encore dans l’avenir, un rôle moteur.

C’est une exigence face aux échéances historiques que l’Europe a placées devant nous et qui porte, en elle-même et au-delà de ses frontières, le message universel de l’égalité entre les femmes et les hommes. C’est une exigence face aux équilibres du monde. Car, les inégalités entre les sexes sont des facteurs structurants du sous-développement : lutter pour l’égalité c’est faire reculer la pauvreté, c’est abattre les discriminations et les violences, c’est oeuvrer pour un développement économique, social et humain durable et équitable, facteur de progrès, de paix et de démocratie.

Ce qui doit rassembler les femmes en Europe, c’est d’aller porter cette dynamique universelle de l’égalité, enjeu essentiel car il s’agit des droits fondamentaux de la personne humaine. Dans un monde de moins en moins sûr dans ses choix, dans l’espace et dans le temps, nous devons revenir aux grands principes universels qui doivent fonder la mondialisation. Aujourd’hui, nous ne pouvons envisager de progresser pour le développement sans une solidarité internationale renforcée, en misant davantage sur les femmes.

En cela il est important de croire aux dynamiques de réseaux portées par les femmes pour faire bouger les lignes. Ce sont elles qui permettent de mener des actions de coopération et d’entre aides, plurielles, au sein de nos régions, au sein des frontières européennes mais au-delà encore, actions nécessaires à l’affirmation des femmes dans le monde et à l’exemplarité des actions menées.

L’Europe porte en elle-même un message de confiance en la femme et de progrès pour ses droits, donc de progrès pour nos sociétés, pour nos démocraties, mais aussi un progrès pour l’humanité toute entière.

Florence RICHARD
Avocat à la Cour, Présidente de Femmes Débat et Société

facebook twitter google plus imprimer

Monique RONZEAU

Présidente de FDS et du conseil d'administration

 

Monique Ronzeau

Vous êtes intéressée par le débat public et la vie politique française, par les sujets de société, vous souhaitez vous exprimer sur les enjeux de parité, la place des femmes dans les lieux de gouvernance publics ou privés, vous voulez valoriser un regard féminin sur les défis si nombreux qui se posent aujourd'hui, qu'il s'agisse du respect de l'environnement, de l'éducation ou de l'éthique; vous partagez comme nous des valeurs fortes d'humanisme, de libéralisme maîtrisé et de défense de l'esprit européen.
L'Association FEMMES, DEBAT et SOCIETE est un réseau de réflexion qui vous accueille et vous permet de vous exprimer sur tous ces sujets, dans le respect de la liberté de chacune. N'hésitez pas à nous contacter et à nous rejoindre...

 

Nous irons loin ensemble

 

En savoir +

fds-espace-presse

fds-espace-membre

Les objectifs de FDS

  • Faire valoir un regard féminin sur les grands sujets de société,
  • contribuer au débat public par des prises de position et des travaux,
  • favoriser la promotion des femmes dans les lieux de gouvernance public et privé, en France comme à l'international.

 

En savoir +