Déjeuner FDS du mardi 12 janvier 2016 en présence de Xavier DARCOS

L’Association Femmes Débat Société a accueilli Xavier DARCOS au cours d’un déjeuner le mardi 12 janvier 2016 dans une atmosphère d’autant plus chaleureuse que Xavier DARCOS a bien voulu remplacer en dernière minute l’invité initialement prévu : l’Ambassadeur de Turquie soudainement rappelé à Istambul en raison des attentats  perpétrés dans son pays ce même jour.

Xavier darcos optUne particularité sympathique à signaler : Xavier DARCOS a été présenté par son épouse, Laure DARCOS qui est une des principales responsables de l’Association Femmes Débat Société. Particularité bienvenue en raison de la très riche biographie de l’invité.

Agrégé de lettres et Docteur ès Lettres et Sciences Humaines, Xavier DARCOS a commencé sa carrière au sein de l’Education Nationale en tant que professeur, notamment à la Khâgne au Lycée Louis Le Grand, puis comme Inspecteur Général. Elu à deux reprises Maire de Périgueux, Sénateur de la Dordogne, il est devenu Ministre de l’Enseignement Scolaire de 2002 à 2004, Ministre délégué à la Coopération, au Développement et à la Francophonie en 2004 et 2005 dans le gouvernement de Jean-Pierre RAFFARIN, Ministre de l’Education Nationale de 2007 è 2009 dans le gouvernement de François FILLON, puis Ministre du Travail, des Relations Sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville en 2009 et 2010.

De 2005 à 2007, il a été Ambassadeur représentant la France auprès de l’OCDE, Président Exécutif de l’Institut Français de 2010 à 2015. Depuis février 2015, il est
Ambassadeur pour le rayonnement du français à l’étranger.

Auteur de très nombreux ouvrages, en particulier sur la littérature ancienne et moderne, sur l’école et sur des hommes politiques, il a été élu en 2006 à l’Académie des Sciences Morales et ¨Politiques avant d’en devenir le Secrétaire Perpétuel en
2010, puis à l’Académie Française en juin 2013.

Son dernier titre est celui de Président de la Fondation SANOFI-Espoir.

Constamment actif, il vient de terminer un rapport sur le rayonnement du Français et sur l’offre éducative française à l’étranger, à la demande du Ministre des Affaires Etrangères et du Développement International, Laurent FABIUS.

Autant dire que nul mieux que lui n’est qualifié pour évoquer le développement de la diffusion de la langue et de la culture françaises à l’étranger.

Depuis le début de cette mission, Xavier DARCOS observe de considérables modifications dans les modalités de cette diffusion. Il ne s’agit plus aujourd’hui, comme autrefois, de seulement veiller à maintenir l’usage de la langue française au sein des instances internationales. Il ne s’agit pas davantage de chercher à concurrencer l’usage des principales langues européennes ni de s’attacher à transmettre la culture d’une génération à l’autre suivant un mode vertical. Il
s’agit même plus de se tourner uniquement vers le progrès, l’insolite, l’innovation, vers ce qui est d’avant-garde.

La culture se diffuse via les réseaux, les associations, les ONG, les start-ups, les jeux électroniques, bref sur des supports constamment renouvelés par les innovations numériques et ce dans une confusion difficile à réguler. A titre d’exemple, un Etat Américain sur deux, maintenant, n’enseigne plus l’écriture cursive. Ainsi, au cours d’une réunion récente en Afrique du Sud, Xavier DARCOS s’est retrouvé le seul à utiliser un stylo, tout le monde recourant à des tablettes. En même temps, la pratique du français est loin de disparaître : on évalue à 550 millions le nombre de francophones en 2030, les 3 / 5èmes d’entre eux se situant en Afrique. La question se pose de savoir comment mettre ces nouveaux outils au service de la langue et de la culture françaises.

En dépit des esprits chagrins qui se lamentent sur leur affaissement, force est de constater que la France reste une nation de culture, que beaucoup d’idées dans le monde passent au moyen du français et que notre culture reste un marqueur d’identité. Il n’est que de voir l’influence de nos penseurs (Barthes, Derrida et bien d’autres), de nos architectes, de nos juristes (la législation asiatique s’inspire bien davantage du droit romain que de la common law), de nos artistes (la majorité des dessinateurs de Pixar sont français).

Restent deux difficultés majeures.

La première concerne la légitimation de ce qui circule sur les réseaux. Comment s’assurer de la qualité des logiciels d’apprentissage de la langue ? Les protocoles et labellisations mis en place par la France y suffisent-ils ? La validation des diplômes français par l’Institut Français comme le fait le British Council ou l’Institut Goethe reste encore à un stade expérimental, alors que les banques de données universitaires (« Moocs ») ne cessent de se développer sur le net.

La seconde difficulté concerne la professionnalisation des formations diplômantes françaises dispensées à l’étranger. Connaissance des réseaux (y compris sociaux),
des outils numériques et labellisations ne suffisent pas à l’assurer. Il est essentiel d’y associer la collaboration des entreprises françaises ou connectées à la France qui opèrent à l’international pour favoriser l’insertion de ceux qui suivent ces formations. Qui dit entreprises évoque des activités très diverses : cinéma (la France est le second diffuseur de films dans le monde après les USA), livres, vidéos, métiers des bouche (notamment la boulangerie), peu importe pourvu que les acteurs soient connectés. La France doit installer ses modèles économiques dans sa langue sans se contenter de « déparler » l’anglais.

Parmi les autres problèmes, on peut citer l’existence d’habitudes ancrées au sein des différents organismes concernés par la diffusion linguistique et culturelle qu’il s’agisse d’organismes français ou européens. On se heurte aussi à la diversité des implantations permanentes dans certains pays. Elles restent également évènementielles dans bien des cas. Or, les échanges culturels sont des préalables aux échanges économiques. Ils permettent d’ouvrir des portes.

Du fait que la France n’est pas seule à rencontrer ces difficultés, des projets d’association comportant la mutualisation de ressources se dessinent entre, par exemple les Instituts français, l’Alliance Française, l’Institut Goethe et le British Council. Les politiques culturelles ne sont plus aujourd’hui strictement nationales - en dépit de la grande complexité que rencontre le montage d’un dossier européen.

En réponse aux nombreuses questions suscitées par son intervention, Xavier DARCOS a développé certains points :

- Les diverses chaînes d’information françaises attirent des dizaines de millions
d’auditeurs à travers le monde, malgré des fréquences parfois difficiles à attraper de l’étranger. Ce n’est pas parce qu’elles sont présentes dans des pays de langue arabe, par exemple, qu’il leur revient de diffuser en langue arabe à l’intérieur du périmètre national, car cela ne servirait pas notre intérêt.
On court le risque d’entretenir la confusion entre politique, religion et culture.

En matière de droit, de normes, il serait essentiel de pouvoir établir des centres
d’examen à l’étranger, comme le fait la profession comptable. Si des accords sont en cours avec certains pays, ils ne sont pas encore généralisés.

- Aucun canal de diffusion n’est à négliger. En Asie, par exemple, la France représente l’incarnation du bon goût avec ses industries du luxe, sa gastronomie, etc... D’une manière générale, elle incarne aussi « l’Esprit des Lumières », ce mode de réflexion fondé sur la raison, le sens du classement, la syntaxe, la démonstration logique etc... Là, elle se heurte à l’influence du numérique qui favorise la brièveté, la parataxe, la rapidité, l’immédiateté, le relativisme du fait de l’absence de conclusions.

Les dernières questions se sont adressées à l’orateur en tant que Président de la
Fondation SANOFI. Au cours de la récente COP 21, Femmes Débat Société s’est, en effet, intéressée conjointement avec d’autres Associations au thème Santé et Climat.

Les premières concernées par les dérèglements climatiques sont les femmes du fait de leur fréquente précarité et de leur investissement dans les professions soignantes. Xavier DARCOS en convient et indique que la Fondation SANOFI a investi 10 millions d’Euros en sélectionnant prioritairement les chantiers suivants :

- Le soin des maladies néo-natales et les cancers des enfants

- La lutte contre la mortalité infantile, avec notamment la formation de sages-femmes.

- Le soutien à des services d’urgence, en particulier ceux de Médecins du Monde,
avec des dons de médicaments.

- L’aide aux opérations montées localement et animées par les salariés employés sur place.

En conclusion, la Présidente de Femmes Débat Société, Catherine DUMAS adresse ses vifs remerciements à son invité Xavier DARCOS en soulignant les qualités d’humaniste et de politique, sans parler de l’intellectuel, que chacune a pu constater au cours de son intervention.

facebook twitter google plus imprimer

Monique RONZEAU

Présidente de FDS et du conseil d'administration

 

Monique Ronzeau

Vous êtes intéressée par le débat public et la vie politique française, par les sujets de société, vous souhaitez vous exprimer sur les enjeux de parité, la place des femmes dans les lieux de gouvernance publics ou privés, vous voulez valoriser un regard féminin sur les défis si nombreux qui se posent aujourd'hui, qu'il s'agisse du respect de l'environnement, de l'éducation ou de l'éthique; vous partagez comme nous des valeurs fortes d'humanisme, de libéralisme maîtrisé et de défense de l'esprit européen.
L'Association FEMMES, DEBAT et SOCIETE est un réseau de réflexion qui vous accueille et vous permet de vous exprimer sur tous ces sujets, dans le respect de la liberté de chacune. N'hésitez pas à nous contacter et à nous rejoindre...

 

Nous irons loin ensemble

 

En savoir +

fds-espace-presse

fds-espace-membre

Les objectifs de FDS

  • Faire valoir un regard féminin sur les grands sujets de société,
  • contribuer au débat public par des prises de position et des travaux,
  • favoriser la promotion des femmes dans les lieux de gouvernance public et privé, en France comme à l'international.

 

En savoir +