Isabelle Deleu- Ma priorité : Réussir l’intégration

Le défi majeur du prochain quinquennat sera la sortie de la spirale infernale : immigration = violence = insécurité = irresponsabilité = ghettoïsation.

Faute d’exemples contraires, un jeune de banlieue a pour principal horizon le football, le rap ou… le deal. Bien sûr, les médias sont largement responsables, faute de présenter tel jeune des cités devenu avocat, responsable de start-up, voire policier.

Il est temps de nous donner enfin les moyens de réussir l’intégration de populations qui, de toute façon, ne repartiront pas dans « leur pays » : car leur pays c’est la France.

Ce n’est pas seulement d’un plan Marshall que nous avons besoin, mais d’un authentique « new deal », sans saupoudrage ni électoralisme :

  • En aidant les pays émergents, aux niveaux national et européen, à se développer, notamment en accueillant davantage d’étudiants étrangers dans nos écoles et nos universités. Pourquoi ferions-nous moins bien que les Américains ? C’est aussi de la place de la France dans le monde qu’il est question. 
  • En mettant en place une authentique politique de « tolérance zéro », de sanction à la première faute, avec une prise en charge des « générations sacrifiées » issues de l’immigration pour leur apprendre les lois et les valeurs de la République. 
  • En réformant en profondeur le système d’assistanat et d’argent facile. Est-il acceptable que le RMI soit devenu une allocation minimale garantie versée sans contrôle ?

Cela suppose une détermination sans faille et des moyens considérables, prix à payer pour parvenir à l’équilibre essentiel entre les droits et les devoirs qu’impose l’appartenance à notre nation, pour que la France redevienne le pays de tolérance dans lequel règne la paix civile, pour que les immigrés soient enfin considérés par la communauté nationale comme dignes de devenir des citoyens à part entière.

Isabelle Deleu
Infirmière (93)

facebook twitter google plus imprimer

Corinne Fayolle - Ma priorité : Une répartition équitable et responsable du pouvoir entre les femmes et les hommes

Les femmes ont-elles gagné tous les combats ? Rien n’est moins sûr. Elles représentent désormais plus de 44% de la population active, augmentation considérable et irréversible en quelques décennies. Mais à travail égal, leurs salaires, en France, affichent un retard de 25% par rapport à celui des hommes. Et les femmes n’occupent que de façon très minoritaire des postes à haute responsabilité. En revanche, elles continuent d’assumer 80% des tâches domestiques. Dans ces conditions, la priorité du prochain gouvernement sera de les aider à concilier vie familiale et vie professionnelle.

La répartition inégale du pouvoir se retrouve dans le milieu politique. En effet, minoritaires parmi les adhérents des partis, les femmes le sont encore plus au sommet de la hiérarchie et parmi les candidats aux élections. Rappelons qu’en 2001, la France est à l’avant-dernier rang des pays de l’Union Européenne pour le taux de féminisation de sa chambre basse (63 députées sur 577, soit moins de 11%, alors que la moyenne européenne est de 18,2%).

La composition majoritairement masculine des élites dirigeantes commence à être perçue comme un signe d’obsolescence. L’heure est venue pour les femmes de s’interroger sur leur spécificité, leurs différences et leurs dons propres. Favoriser une répartition équitable et responsable du pouvoir implique une transformation des rapports économiques et, surtout, une révolution des mentalités. Elle ne se fera pas contre les hommes mais avec eux.

Pour tout dire, les femmes ont gagné l’indépendance ; il leur reste à conquérir l’équité !

Corinne Fayolle
Docteur de la Sorbonne en Histoire
du droit aéronautique et spatial
Présidente de Dynamique Républicaine (75)

facebook twitter google plus imprimer

France Gamerre - Ma priorité : l’écologie, une nouvelle approche du monde

L'Ecologie qui s'impose aujourd’hui est plus qu'une prise de conscience d'un monde en pleine mutation, c'est une nouvelle approche politique, sociale, scientifique et culturelle de l'avenir.

Un monde en pleine mutation

Sans révolution, sans guerre et petit à petit le monde a complètement changé, presque à notre insu.

L'amincissement de la couche d'ozone, l'augmentation de l'effet de serre, la disparition des glaciers, l'épuisement des ressources naturelles, la dégradation des sols cultivables, la pollution des sols et de l'air, le regroupement des populations dans des cités de béton et de verre, la disparition accélérée des espèces les plus vulnérables, les manipulations génétiques, la mondialisation de l'économie, de la communication, du terrorisme et de la délinquance, autant de changements qui n'ont pas été compris ni accompagnés. Notre société n’en a pas pris la mesure.

Désormais nous ne pouvons plus ignorer que notre environnement naturel et aussi humain est en danger. C'est pourquoi une nouvelle approche et un recentrage de nos valeurs sont nécessaire.

Une nouvelle approche

Pour aborder le monde de demain, il faut changer nos comportements :

  • Nos comportements politiques d'abord en ne cherchant pas systématiquement à imposer un modèle unique de développement pour tous mais, des modèles appropriés à chacun. Notre monde est fait d'équilibres fragiles qui en se dégradant génèrent la violence qu’elles soient urbaines ou plus grave encore, qu’elles engendrent le terrorisme. Les réponses uniques n'existent pas dans la nature. 
  • Nos comportements personnels. Il faut bien voir que l'époque du gaspillage, du tout jetable et de l'Etat providence est terminée. Arrêter la course à l’abîme est l’enjeu des années à venir. Nous devons laisser la planète en bon état. Un des moyens pour y parvenir est de développer la responsabilité des citoyens face à l’environnement, préparer les citoyens à l'écologie en développant notamment l'éducation à l'environnement. 
Recentrer nos valeurs

Il faut recentrer notre avenir sur les vraies valeurs, ces valeurs que sont le respect de la vie et des autres. Respecter l’environnement c’est aussi respecter autrui. C’est aussi nous recentrer sur un art de vivre bien français et une manière de vivre originale, pas forcément celle imposée par les lobbies économiques ou culturels à travers les médias.

France Gamerre
Présidente Déléguée
Génération Ecologie « Les Bleus »
Adjointe au Maire de Marseille (13)

facebook twitter google plus imprimer

Monique RONZEAU

Présidente de FDS et du conseil d'administration

 

Monique Ronzeau

Vous êtes intéressée par le débat public et la vie politique française, par les sujets de société, vous souhaitez vous exprimer sur les enjeux de parité, la place des femmes dans les lieux de gouvernance publics ou privés, vous voulez valoriser un regard féminin sur les défis si nombreux qui se posent aujourd'hui, qu'il s'agisse du respect de l'environnement, de l'éducation ou de l'éthique; vous partagez comme nous des valeurs fortes d'humanisme, de libéralisme maîtrisé et de défense de l'esprit européen.
L'Association FEMMES, DEBAT et SOCIETE est un réseau de réflexion qui vous accueille et vous permet de vous exprimer sur tous ces sujets, dans le respect de la liberté de chacune. N'hésitez pas à nous contacter et à nous rejoindre...

 

Nous irons loin ensemble

 

En savoir +

fds-espace-presse

fds-espace-membre

Les objectifs de FDS

  • Faire valoir un regard féminin sur les grands sujets de société,
  • contribuer au débat public par des prises de position et des travaux,
  • favoriser la promotion des femmes dans les lieux de gouvernance public et privé, en France comme à l'international.

 

En savoir +